La naïveté coupable des eurocrates
par Olivier Postel-Vinay2019 PEGGY Les Ptites Bombes PrintempsEté E2WDIYeH9b
2019 PEGGY Les Ptites Bombes PrintempsEté E2WDIYeH9b

Les causes du Brexit tiennent en grande partie aux dysfonctionnements croissants de l’Union européenne.

 

 

noir frangée patte TEXTO à Derby verni qc3RL4Aj5 Publié dans le magazine Books, septembre - octobre 2016. Par Olivier Postel-Vinay
RUNNING CHAUSSURE 21 GEL W NIMBUS 1KJcTlF

  • Le livre
  • 2019 PEGGY Les Ptites Bombes PrintempsEté E2WDIYeH9b



Le Champ de l’eurocratie par Didier Georgakakis, Economica, 2012

  • Issu du numéro 79

Le smartphone nous rend-il dingues ?
par La rédaction de Books
Affaire Litvinenko, autopsie d’un crime d’État
2019 PEGGY Les Ptites Bombes PrintempsEté E2WDIYeH9b par Peter Pomerantsev 2019 PEGGY Les Ptites Bombes PrintempsEté E2WDIYeH9b
La mécanique cachée du vivant
par Tim Flannery

  • Sur le même thème
Femme à Bottes Marron Cheville Noir Haut Talon Fanessy 6 de WEH9D2IY

Les antidépresseurs, un sujet déprimant
Publié dans le magazine Books, mars 2019 par Olivier Postel-Vinayvernis bleu Escarpin san marina Richelieu 0wPkn8O

L’animal raisonnable
Publié dans le magazine Books, février 2019 par Olivier Postel-Vinay

Le formidable effet placebo
Publié dans le magazine Books, décembre 2018/ janvier 2019 par Olivier Postel-Vinay

  • Les plus populaires

Chine – Beijing pop fiction
vitecongrès motion 4OserPlus loinplus de de 4OserPlus vitecongrès motion loinplus 4OserPlus motion VSGqUzpM Publié dans le magazine Books, septembre - octobre 2016

Mammone
Publié dans le magazine Books, septembre - octobre 2016 par Daniel Pennac

2019 PEGGY Les Ptites Bombes PrintempsEté E2WDIYeH9b
L’avenir de l’intelligence artificielle selon Yuval Noah Harari
Publié dans le magazine Books, septembre - octobre 2016 par Steven Shapin

cuir sur Détails scarpa UK Chaussure shoe Minelli 39 6 homme schuh richelieu velours derby D29EIHW
Commentant le livre de Jürgen Habermas, La constitution de l’Europe, l’historien Anson Rabinach, professeur à Princeton, évoquait en 2012 « l’état désolant dans lequel se trouve l’Union européenne » (lire « L’Europe peut-elle être encore sauvée ? »). « La mauvaise gestion de la crise de la dette souveraine par les élites, précisait-il, n’a pas seulement érodé sa légitimité dans presque tous les États membres, elle a aussi entamé le bien-fondé du Parlement et alimenté l’amertume envers la politique démocratique dans l’ensemble de l’Union ». Pour éclairer les causes profondes du Brexit, un témoignage passionnant est celui d’un autre universitaire américain, George Ross, qui a publié plusieurs livres sur l’Europe. Son dernier, « L’Union européenne et ses crises, vue par l’élite bruxelloise » (2011), repose sur une centaine d’entretiens avec des hauts responsables européens, commissaires, hauts fonctionnaires, chefs de cabinet, ministres, parlementaires et dirigeants de groupes d’intérêt du monde des affaires et du travail. Ross en a publié une synthèse actualisée dans un livre collectif publié en France en 2012, Le champ de l’eurocratie, passé à peu près inaperçu. La plupart de ces entretiens se sont déroulés entre 2005 et 2007, les autres en 2009, dans le sillage de la crise financière. Ils ont été réalisés sous couvert d’anonymat, ce qui en garantit la valeur. L’ancienneté moyenne des interviewés dans les affaires européennes est de vingt ans. Tous nourrissent une réelle inquiétude. Le marché unique n’est pas achevé, la stratégie de Lisbonne a pour l’essentiel échoué, la croissance n’est pas au rendez-vous, l’Europe…
Pour lire la suite de cet article, JE M'ABONNE, et j'accède à l'intégralité des archives de Books.
Déjà abonné(e) ? Je me connecte.
Imprimer cet article